Allons-nous libérer le fantôme du Manoir?

Le jeu Mysterium est un jeu coopératif où tout le monde perd ou gagne. Imaginez-vous qu’il y a un fantôme emprisonné dans un manoir de notre dimension à cause d’un crime non résolu et que pour le délivrer; c’est à l’Halloween seulement qu’on peut communiquer avec lui. Le fantôme utilise le langage des images en espérant que son message soit compris de l’au-delà. Les joueurs vont rapidement développer leur sens aiguisé de l’observation. Le meneur de jeu doit se mettre dans la peau du fantôme. Une enquête a été racontée brièvement dans le Warwick Evening News des années 1890. On rapportait qu’une tragédie touchant le valet du Manoir du comté de Warwick était sous la loupe. Dans cette histoire saugrenue, les joueurs peuvent se mettre dans la peau de différents personnages qui ont des dons surnaturels dans leur réalité humaine. Le livret des règles est très agréable à lire et bien illustré. La mise en situation est enrobante; les futures joueurs vont rapidement plonger dans l’esprit de ce jeu de plateau qui demande assez d’espace pour y prendre part. Une musique d’ambiance est téléchargeable sur le www.libellule.com. Un code QR est disponible dans la brochure. La trame sonore est géniale et nous installe dans l’ambiance souhaitée. Éditée par Libellud, cette pièce ludique est aussi disponible en version digitale sur le site internet de cette maison d’édition.

La durée de la partie est de plus de 40 minutes et s’adresse aux personnes de 10 ans et plus. Ce jeu de plateaux peut se jouer de 2 à 7 joueurs. Une extension est aussi disponible. 

Les concepteurs sont Oleksandr Nevskiy et Oleg Sidorenko. Ce jeu a d’ailleurs remporté le prix de l’As d’Or au Festival international des Jeux de Cannes en 2016.

Un nouveau jeu de table qui fait trembler de suspense.

Valérie Gagnon

Valérie Gagnon, est une professionnelle des communications passionnée de jeu. Elle cumule dix ans d'expérience en journalisme écrit. En 2019, elle gagne un prix en journalisme de la FPJQ (Fédération professionnelle des journalistes du Québec) avec l'article: Ils attendent impatiemment internet haute vitesse. De 2012 à 2020, Valérie Gagnon a signé des articles pour Le Soleil de Châteauguay, Le Reflet, Le Journal Saint-François, Le Journal de Montréal, TVA Nouvelles.ca, Metro News et le Journal Métro.