De vrais petits chasseurs de monstres

Le placard entrouvert la nuit ne sert pas seulement à camoufler le bordel habituel mais aussi d’effrayants monstres imaginaires. Votre enfant a-t-il peur lorsque la pénombre pointe le nez avant de s’endormir? Peut-être que le jeu La Chasse aux monstres de la maison d’édition Scorpion masqué et de l’auteur Antoine Bauza l’aidera à apprivoiser ces créatures aux yeux multiples et aux poils crochus. Les illustrations attrayantes sont créées par l’artiste Nikao. Les tout-petits trouveront rapidement le contexte amusant. S’empresser de mettre au placard les effrayants; c’est la mission par excellence. Rapidement, les bambins vont comprendre que les jouets sont leurs armes de prédilection pour chasser les dragons ou les gorgones sous leur lit. 

Cette pièce ludique peut se jouer à partir de trois ans jusqu’à six joueurs. Les cartons illustrés des jouets doivent être disposés comme un jeu de mémoire. Chaque carte de monstre détient un jouet en macaron dans un coin indiquant que c’est la peur bleue de la bestiole. L’enfant doit piger un petit carton face caché. Si sa pige correspond à l’image du macaron, le tout-petit envoie au placard le monstre en le disant haut et fort « Au placard, les monstres! ». Il existe quelques variantes au jeu soit pour les chasseurs experts, les monstres rapides ou une option facile pour les plus jeunes.

Fait intéressant, l’éditeur montréalais Scorpion Masqué finance le remplacement de chaque arbre coupé pour produire leur jeu.

En 2017, La Chasse aux monstres a remporté le prix du Famaly Choice Award et l’année suivante le trophée FLIP du Festival ludique international de Parthenay, en France.

Valérie Gagnon

La journaliste de Média du jeu, Valérie Gagnon, est une professionnelle des communications passionnée des jeux de société depuis plusieurs années. Elle a fait du journalisme pendant huit ans au journal Le Soleil de Châteauguay. Avant de rouler sa bosse en tant que journaliste, elle a réalisé le Festival jeunesse rurale de la Vallée-du-Haut-Saint-Laurent. De plus, elle a fait un long périple en Saskatchewan pour animer des élèves d'une école secondaire francophone. Son univers ludique un peu fou se transmet rapidement par la lecture de ses textes. Maintenant, elle cultive sa passion d’écrire des articles pour un média de qualité à propos des jeux de société.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *