L’Imagicien se cache dans ton dessin

Tu ne fais peut-être pas de magie, mais être neuroactif avec le jeu Imagicien peut être vraiment magique. Une joute de 20 minutes te permettra d’exploiter ton côté imaginatif voir même artistique. L’auteur français Olivier Mahy a développé une belle mécanique de jeu. Sur un grimoire plastifié et personnifié d’ingrédients farfelues pour potion magique, le joueur doit relier d’un trait, les langues de vipère, grenouilles à crampon et champignons de la forêt enchantée interdite de cet univers pour espérer trouver le nom en imaginant ce que pourrait bien être le dessin tracé. Les illustrations prenantes ont été réalisées par Guillaume Bernon. Ce jeu a été édité par la société Blam!

Les crayons non permanents vont finir par ne plus fonctionner et les adeptes de ce jeu devront en acheter d’autres. C’est un peu chiant d’aller au Bureau en gros ou commander sur Amazon d’autres crayons de ce type. Ce petit hic peut miner le moral des amoureux de cette création parce qu’on peut facilement s’adonner à une soirée complète d’Imagicien

Média du jeu donne une note de 8,5\10. Les enfants de 8 ans et plus peuvent y jouer. C’est parfait pour développer le sens de l’observation et l’imagination. Les tout-petits peuvent aussi y trouver leur compte en faisant des barbeaux sur le grimoire, c’est très absurde, mais drôle. Il existe une extension à ce jeu puisqu’une fois la carte formule tracée et devinée, elle n’est plus utile pour les mêmes groupes de joueurs.

Valérie Gagnon

La journaliste de Média du jeu, Valérie Gagnon, est une professionnelle des communications passionnée des jeux de société depuis plusieurs années. Elle a fait du journalisme pendant huit ans au journal Le Soleil de Châteauguay. En 2019, elle gagne un prix grand du journalisme de la FPJQ (Fédération professionnelle des journalistes du Quebec) avec l'article: Ils attendent impatiemment internet haute vitesse. Avant de rouler sa bosse en tant que journaliste, elle a réalisé le Festival jeunesse rurale de la Vallée-du-Haut-Saint-Laurent. De plus, elle a fait un long périple en Saskatchewan pour animer des élèves d'une école secondaire francophone. Son univers ludique un peu fou se transmet rapidement par la lecture de ses textes. Maintenant, elle cultive sa passion d’écrire des articles pour un média de qualité à propos des jeux de société.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *