Un jeu de plaisir gastronomique

Vous cherchez un jeu de table d’entre deux quand vous préparez le souper et que vous ne voulez pas que vos invités se donnent du mal à vous aider dans les préparatifs de la bouffe? Sushi Dice de l’auteur Henri Kermarrec, ce jeu de dés est idéal pour cette circonstance. C’est une joute rapide et conviviale et ayant pour thématique la gastronomie. 

Les deux joueurs principaux ont chacun six dés avec différentes figures. L’une est une tête de mort; il faut s’en méfier. Trois cartes illustrant des plateaux d’ingrédients de sushis doivent être reproduites par la combinaison des jets de dés. C’est alors que l’adversaire peut regarder les jets de l’autre et dès qu’il voit une tête de mort, il peut dire BEURK! et celui qui vient de lancer sa main doit obligatoirement relancer tout les dés même si une combinaison lui aurait  permis de remporter une carte qui symbolise le pointage de la joute. 

Imaginez-vous comment l’excitation peut être palpable chaque fois qu’un jet de dés se fait entendre. Stimulant à souhait ce jeu. L’adrénaline est à son comble. Ça dégourdi les neurones. C’est différent d’un jeu de plateau à stratégie. La conception est simple et les actions de la joute sont bien orchestrées pour se sentir réellement dans un restaurant à sushis. Le joueur qui réussit  à réaliser un plat parmi les cartes dévoilées doit sonner la clochette rapidement pour ramasser sa carte point. 

Le coefficient de difficulté peut être augmenté si des observateurs s’ajoutent autour de la table. Une paire de yeux de plus peut repérer les têtes de mort qui tombent au hasard sur la table, c’est un pur joug! Pour une soirée de couple bien arrosée, Sushi Dice est un bon choix. C’est aussi bon pour les familles composées d’enfants de six ans et plus. Édité par Sit Down et distribué par Dude Games ce spécimen est disponible sur le marché depuis 2016 et le guide annuel Jeux et jouets de Protégez-Vous lui a accordé la mention de quatre étoiles sur cinq.

Valérie Gagnon

Valérie Gagnon, est une professionnelle des communications passionnée de jeu. Elle cumule dix ans d'expérience en journalisme écrit. En 2019, elle gagne un prix en journalisme de la FPJQ (Fédération professionnelle des journalistes du Québec) avec l'article: Ils attendent impatiemment internet haute vitesse. De 2012 à 2020, Valérie Gagnon a signé des articles pour Le Soleil de Châteauguay, Le Reflet, Le Journal Saint-François, Le Journal de Montréal, TVA Nouvelles.ca, Metro News et le Journal Métro.