Vos chats vont-ils éviter la catastrophe culinaire?

Les créateurs de Kittens in a Blender voulaient peut-être transcender leur haine envers les chats en imaginant ce jeu de cartes. Pourquoi mettre en péril la vie de si mignonnes petites boules de poil? Dans cette scène ludique, il est possible de sauver ses chats en les déposant délicatement dans la boîte de carton. N’avez-vous pas remarqué que les chats adorent les boîtes de carton?

Si vous avez l’âme du bon Samaritain sauveur de félins, ce jeu vous donnera peut-être la sensation du devoir accompli. Il faut délivrer ses chats avant que l’impensable surgisse!

Le format du jeu est ingénieux. La boîte sert de support physique pour mettre en scène la boîte sauveuse et le méchant malaxeur aux couteaux coupants. Le but est de mettre ses chats en lieu sûr et de broyer ceux des adversaires. Oui, effectivement, c’est un peu sadique aux yeux des amoureux des animaux de compagnie, mais le leitmotiv de vouloir les sauver est encore plus palpable dans ce contexte.

Les Frères Knudson sont les concepteurs. Ils ont probablement eu cette idée en voulant temps bien que mal faire comprendre à leur chat de ne pas sauter sur le comptoir de cuisine où se trouve le broyeur sous tension. Kittens in the Blender est édité par Closet Nerd Games. Les illustrations ont été réalisées par Anne-Julie Painchaud. On peut y jouer jusqu’à 12 joueurs si l’extension du jeu est incluse. Les enfants de 8 ans et plus peuvent s’initier à ce drôle d’univers. Une joute peut durée entre 20 à 40 minutes, parfait pour les pauses du midi ou pour les autos stop lors de grandes promenades en voiture. Ce projet créatif a eu recours à la plateforme Kickstarter pour être propulsé sur le marché en 2013. Les chats sont de nature curieuse et quand ils sautent sur le comptoir de la cuisine ça peut être dangereux…

Valérie Gagnon

Valérie Gagnon, est une professionnelle des communications passionnée de jeu. Elle cumule dix ans d'expérience en journalisme écrit. En 2019, elle gagne un prix en journalisme de la FPJQ (Fédération professionnelle des journalistes du Québec) avec l'article: Ils attendent impatiemment internet haute vitesse. De 2012 à 2020, Valérie Gagnon a signé des articles pour Le Soleil de Châteauguay, Le Reflet, Le Journal Saint-François, Le Journal de Montréal, TVA Nouvelles.ca, Metro News et le Journal Métro.